15 juillet 2008

A Charles Exbrayat 
Posté par Giovanni Petot à 23:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2008

1

Prologue Lorsque Artémise Fontaine du Fourtuis s’éteignit à l’âge de quatre-vingt-dix-neuf ans, sans descendance ni famille, le village de Pluiederubis suspendit toute activité. Tous attendaient, avec anxiété,  le retour du notaire - Mais pourquoi fallait-il qu’il soit en vacances à Saint Pierre et Miquelon ? Et, pourquoi Saint Pierre et Miquelon ? Quelle idée ? Justement à ce moment crucial ? - afin de savoir qui serait couché sur le testament de la vieille femme, et en particulier qui allait  hériter de... [Lire la suite]
Posté par Giovanni Petot à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 juillet 2008

2

En l’absence du notaire, tous se pressèrent dans la petite église, quelques soient leurs religions, y compris les athées les plus virulents. Un tel événement resterait dans les anales du village, un fait historique, car de mémoire de Pluiederubissots - C’est ainsi que se nomment les habitants de Pluiederubis - on ne se souvenait pas d’avoir eu une telle réunion dans un lieu religieux ! On ne mélange pas les torchons et les serviettes, voyons ! Les rivalités religieuses et athées faisaient rage depuis toujours. Il n’y avait jamais eu... [Lire la suite]
Posté par Giovanni Petot à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juillet 2008

3

Le jeune curé, le Père Onésisme, que certains comparaient à Don Camillo interprété par Fernandel, savourait cette sorte de succès qu’il considérait comme une revanche, un triomphe, sur sa rivale religieuse, le pasteur Frédégonde Badina. Elle qui avait tenté, sans succès, de convertir Artémise Fontaine du Fourtuis de se convertir au Protestantisme, avait donc fait fi de toute une vie de principes, et, pour la première fois de sa vie, avait foulé le sol d’un lieu de culte autre que protestant. Elle était là, juste devant lui, assise au... [Lire la suite]
Posté par Giovanni Petot à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juillet 2008

4

** * Ermengarde Augé était de mauvaise humeur. Elle sentait que cela allait être une mauvaise journée. Elle commençait mal. Déjà, son mari était cloué au lit avec une fièvre de cheval. En été, je vous jure ! Tout cela parce que, monsieur, voulant jouer les jeunes, avait été faire un footing. A son âge ! Il avait transpiré et prit froid. Résultat, trente-neuf de fièvre, ce qui lui donnait la piètre excuse de ne pas se lever. Et qui devait aller ouvrir la boutique ? Bobonne ! Avec cela, il devait probablement faire déjà une vingtaine... [Lire la suite]
Posté par Giovanni Petot à 18:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juillet 2008

5

Le hurlement qu’elle poussa déchira le silence de l’aube, fut répercuté par l’écho, tant et si bien que presque tout le village fut réveillé en sursaut. On pensa, dans un premier temps, qu’il s’agissait de la sirène, et les pompiers volontaires se précipitèrent sur leurs tenues. Mais le second hurlement les firent suspendrent leurs mouvements. Quel était donc ce cri, que l’on pensait inhumain, tant il avait été puissant ? Les habitants les moins courageux se terrèrent aux fonds de leurs lits, persuadés que des hordes de barbares,... [Lire la suite]
Posté par Giovanni Petot à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juillet 2008

6

Il y eut rapidement un attroupement autour de Ermengarde qui fut pressée de questions. La commerçante reprit le dessus sur la femme, et elle aboya littéralement :- Si vous voulez le savoir, achetez le journal !Quelques heureux veinards, ayant quelque argent sur eux, achetèrent le quotidien et eurent alors, des réactions analogues à celle d’Ermengarde. Cris, hurlements, vociférations et, pour finir, insultes. Aux malheureux curieux qui leur demandaient ce qui se passait, la réponse était la même que celle de la buraliste : - Si vous... [Lire la suite]
Posté par Giovanni Petot à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juillet 2008

7

S’en suivait l’article où l’on apprenait que son lègue se chiffrait en millions.Dans les jours qui suivirent, on vit arriver des camions qui vidèrent la maison de ses meubles pour être vendus à des antiquaires. Sur le portail d’entrée, fut accroché le panneau « A VENDRE » avec les coordonnées d’une agence immobilière, Les Lambourdes, sise dans la ville voisine qui envoyait régulièrement des paysagistes s’occuper de l’entretien du parc.Personne dans le village ne voulait acheter la propriété de celle que l’on appelait à présent, au... [Lire la suite]
Posté par Giovanni Petot à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 juillet 2008

8

Chapitre I      Rudy Carmichael travaillait depuis quelques années dans l’agence immobilière Les Lambourdes. Il n’était pas considéré à sa juste valeur, mais il est vrai que la gérante, Virginie Simon,  misandre, ne jurait que par ses employées féminines. Les hommes n‘étant, à ses yeux, que des obsédés ne pensant qu‘au sexe et incapables de faire quoique ce soit de bien. Aussi, réservait-elle à son employé masculin les clients qu’elle jugeait indignes pour ses collègues. Lorsque Praxelle et Alexandre... [Lire la suite]
Posté par Giovanni Petot à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juillet 2008

9

     Elle ne mentait pas, elle omettait juste de dire qu’il était l’unique vendeur de sexe masculin.      Virginie Simon venait de commettre la plus grande erreur de jugement de sa carrière.     Les Duthillot exposèrent la raison de leur démarche. Ils cherchaient désespérément la demeure de leurs rêves. A la grande joie de Rudy, ils semblaient aisés, ne mettant aucune limite à leur budget.     Durant les semaines qui suivirent, ils visitèrent de nombreuses propriétés, mais... [Lire la suite]
Posté par Giovanni Petot à 23:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]